Les 5 choses que j'aurais aimé savoir avant de lancer une campagne de financement participatif


Après l'article intitulé "comment réussir sa campagne de financement participatif ?", je vous retrouve pour vous expliquer ce que j'aurais aimé savoir avant de me lancer dans cette aventure.


Tout d'abord, il est important de rappeler que le crowfunding est de plus en plus plébiscité, notamment dans le domaine de l'édition indépendante. Il s'agit d'un appel à la générosité du public afin de récolter des fonds nécessaires à la concrétisation d'un projet. La multiplication des plateformes de financement (Ulule, KissKissBankBank, Miimosa...) favorisent cet engouement et permettent à un nombre de plus en plus accru d'entrepreneurs de réaliser un rêve.


Je ne regretterais jamais cette expérience incroyable. Je suis passée du rire aux larmes constamment. Des papillons se formaient instantanément au creux du ventre dès qu'une personne m'offrait sa confiance et explosaient au moment où un palier était atteint. Pendant un mois, j'ai vécu sur des montagnes russes et ça a été magique... épuisant aussi !


1. Se donner corps et âme


Il ne suffit pas de lancer une campagne pour qu'elle fonctionne. Il est nécessaire de la faire vivre. Et pour cela, vous devez tout donner : votre temps, votre énergie, votre créativité. Je pense que c'est ce qui fait la différence entre une campagne qui réussit et celles qui échouent.

Ce n'est pas parce que la réalisation du projet est acté qu'il faut se relâcher. Vous devez persévérer encore et encore pour débloquer des paliers et aller plus loin dans vos objectifs. Il faut réussir à fédérer votre nouvelle communauté et la porter le plus haut possible pour qu'elle se sente privilégiée.

Pour cela, multipliez vos contenus sur les réseaux et sur votre fiche de campagne, participez à des challenges (j'y reviendrais dans un dernier article), faites-vous connaître, dépassez-vous et laissez libre cours à votre imagination.


À l'issue de cette période de folie, vous pensez que tout est joué ? Que nenni !

Il est l'heure de contacter vos prestataires, de gérer vos contrats, la livraison de vos produits et la logistique de vos futurs envois.

Lorsque toutes ces tâches seront enfin achevées en temps et en heure, croyez-moi, vous vous sentirez complètement vidés !


Mon conseil : Avant de lancer une campagne, assurez-vous que la période est propice pour vous et que vous avez suffisamment de temps à votre disposition.

Pour la logistique des envois, faites participer vos amis, votre famille et récompensez-la avec un bon repas, un petit apéro...

Surtout, prévoyez-vous du temps de repos à l'issue de la campagne pour vous ressourcer. Il faut savoir se ménager pour aller plus loin et poursuivre ses rêves.


2. Les frais postaux


Je savais que ce serait un gros poste de dépenses, mais je ne pensais pas à ce point. Au départ, je pensais envoyer mes colis en lettres suivies grâce à des enveloppes bulles. Mais sachez que, pour qu'une lettre ne soit pas considérées comme un colis, elle ne doit pas dépasser les 3 cm de hauteur. Pour ma part, on en était bien loin. Par ailleurs, malgré une attention particulière apportée à mes colis, certains d'entre eux sont arrivés éventrés. Oui oui, c'est bien le mot. J'ai donc procédé à un réemballage avec des cartons (que j'ai dû acheté en plus des enveloppes).

Le coût total des frais d'envois s'est rapidement envolé : presque 800 € pour 90 colis (par chance, j'ai procédé à beaucoup de remise en main propre).


Pourtant, je pensais avoir fait ce qu'il fallait : prise en compte de l'envoi dans mon premier pack physique à 24.90 €. Or, j'ignorais que l'envoi basique me coûterait finalement 9.50 €. Autant dire que j'ai été ultra déficitaire sur ce point!

Par ailleurs, je suis restée sur les mêmes frais en France et à l'étranger en pensant que je pourrais bénéficier du tarif "Livre et brochure" proposé par La Poste. Mais là, encore, je me suis trompée. Je n'avais pas pris en compte les ajouts de goodies avec le passage des différents paliers. Ainsi, mes colis n'étaient plus seulement emplis de livres. Et ça, c'est "interdit" avec ce tarif. Cette erreur de débutant m'a coûtée environ 10 € de plus par colis internationaux. Ça fait mal quand chaque petit sou compte !


Mon conseil : Ne négligez pas ce poste de dépenses et comptabilisez-le dans votre objectif de projet.

Optez directement pour des cartons. Au lieu d'acheter des cartons neufs (comme moi, faute de temps), recyclez ! Les pharmacies autour de chez vous reçoivent énormément de cartons, de toutes dimensions. Elles se feront une joie de vous les remettre (testez et approuvez ! ) Si vous vous y prenez à temps, vous en aurez suffisamment au moment de vos envois !

Certains bureaux de poste acceptent de passer vos colis au tarif "Livre et brochure", malgré la présence de quelques goodies (renseignez-vous en amont). À vous de réfléchir à ces objets dérivés pour qu'ils coïncident avec les termes d'envois inhérents à ce tarif. Vous économiserez ainsi de l'argent pour les envois à l'étranger.

Mais si comme moi vous voulez faire plaisir à vos contributeurs et que vos goodies ne rentrent pas dans les conditions appliquées par ce tarif, prévoyez, dans votre campagne, un ajout de frais de port pour les envois à l'étranger.

Ou encore mieux : proposez les envois en Mondial relay ou relais colis au lancement de votre campagne et prévoyez la livraison à la maison lors du passage d'un nouveau palier !

3. Les mauvaises surprises des envois postaux


Comme j'ai pu le mentionner plus haut, mes premiers envois ont été malmenés par La Poste. Sachant la qualité que je souhaitais offrir aux contributeurs, j'étais abattue par les photos qu'on m'envoyait.

J'ai donc envoyé les colis suivants dans des cartons. Pourtant, je n'étais pas au bout de mes peines puisque certains colis se sont perdus en route.

Malgré l'assurance des Colissimo, je n'ai obtenu aucun remboursement !


Mon conseil : Emballez soigneusement vos contributions et envoyez-les directement dans des cartons pour les protéger au mieux.

Ne prenez surtout pas l'assurance supplémentaire proposée lors de vos envois. Vu que l'assurance basique ne fonctionne pas, inutile de perdre encore de l'argent avec ce surplus. Prévoyez un stock de goodies supplémentaire. En cas de perte de votre colis, vous devrez tout renvoyer à votre contributeur !

4. La déclaration URSAAF


Pour avoir le droit de vendre mon propre stock de livres et mes goodies, j'ai créé une microentreprise (seul statut autorisé lorsque l'on est fonctionnaire). J'avais conscience des déclarations trimestrielles à établir sur mes ventes futures et la déclaration d'impôt à prévoir suite aux fonds récoltés lors de la campagne.

J'ignorais en revanche que je devrais prendre en compte la somme récoltée lors de la campagne dans ma première déclaration URSAAF.

Ainsi, j'ai dû payer 700 € de cotisations sociales lors de ma première déclaration alors que je n'avais pas atteint les 300 € de recettes au premier trimestre. Joie et bonheur !


Mon conseil : Ne réinjectez pas tout l'argent gagné dans vos goodies comme j'ai pu le faire. Prenez en compte cette dépense supplémentaire si vous déclarez votre activité.

Sachez que le pourcentage de cotisations sociales à verser n'est pas le même pour les redevances Amazon (22%) et celles de son propre stock de produits commerciaux (12.80%).

Ne faites pas comme moi : lors de votre déclaration ursaaf, prenez le bon pourcentage, soit 12.80 % si vous avez offert des contributions physiques à la suite des dons issus du crowfunding (et ce, peu importe ce que vous disent les agents de l'ursaaf au téléphone ou par mail !).


5. Un mauvais départ sur Amazon


Je savais qu'en préparant une campagne de financement participatif, le lancement sur Amazon ne serait pas glorieux. Pourquoi ? Parce que les premiers intéressés par le roman l'auraient déjà grâce au crowfunding.

N'étant pas adepte de la plateforme de commerce en ligne, je m'étais dit que ça ne serait pas si grave. Il s'avère que j'ai sous-estimé l'impact d'Amazon dans la recherche de nouveaux lecteurs.

Amazon possède un algorithme bien à lui qui n'a pas encore été percé au grand jour. Toutefois, certaines données sont perceptibles, même pour le commun des mortels !

Lors du lancement d'un nouveau produit, il a quelques jours (voire quelques heures) pour faire ses preuves. Ainsi, plus le produit sera acheté, plus il sera visible du public. Amazon a en effet tout intérêt à proposer à de nouveaux prospects un objet qui fonctionne pour générer un maximum de profit.

À l'inverse, un produit qui ne se vend pas sera relégué au second plan (pour ne pas dire dans les abysses). Il lui sera donc très difficile de remonter dans le classement pour être à nouveau visible et proposer à la vente.


C'est ce qui s'est passé pour Les Ombres de la Lune.

Certes ma campagne de financement a été une réussite avec plus de 140 contributions. Sauf qu'au moment du lancement Amazon, le livre a fait un flop avec seulement 11 ventes en un mois. Trop peu pour la plateforme qui a considéré le roman comme peu rentable.

À l'heure où de nouveaux produits naissent chaque jour, il faut savoir se démarquer... et vite !


Mon conseil : N'hésitez pas à faire une offre de lancement au moment où votre produit est mis en ligne. Cela permettra à ceux qui n'achètent qu'en promotion de découvrir votre roman (ou produit) dès les premières heures de sa parution.

La campagne de financement vous a permis de créer une communauté qui croit en votre projet. Sollicitez-la pour un dernier effort avec un don sur Amazon (exemple : un roman que vous vendez en ebook à 4.99 € peut être affiché à 0.99 € le premier jour de son lancement. Demandez alors à votre communauté de rajouter cet euro symbolique pour vous aider à faire connaitre votre histoire). Les lecteurs qui vous suivent se sentiront investis d'une mission... Vous pourrez être agréablement surpris !



Voilà, j'espère que cet article vous a plu et qu'il vous donnera quelques clés supplémentaires pour réussir votre campagne de financement participatif.

Pour toutes demandes supplémentaires, ou si vous souhaitez juste papoter avec moi, vous pouvez me retrouver sur les réseaux sociaux (instagram, facebook, linkedIn) ou par mail juste ici !


À très vite !


Rachel K.


17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout